Je fais mon travail, je ne suis pas un rempart.

J’ai longtemps hésité avant d’écrire. Je ne rappellerai pas les faits, nous savons tous ce qui s’est passé ce vendredi 16 octobre 2020, juste avant les vacances scolaires. Je suis toujours en colère, et pas uniquement contre ceux qui ont perpétré cette violence. Je suis aussi en colère contre ceux qui veulent « nous rendre hommage. » Je n’ai pas besoin d’un hommage, ou encore qu’on me félicite dans la rue pour le travail que je fais. Je n’ai pas besoin de la reconnaissance que personne ne nous accorde habituellement à part quelques élèves et quelques parents. C’est trop facile de rendre hommage à une profession sur laquelle on crache à longueur de temps. Et cela vaut pour tous les corps de métier. Les professeurs, les médecins, les gendarmes, les caissières, et j’en passe ! On leur donne de la reconnaissance quand nous avons besoin d’eux plus particulièrement que d’habitude. Cette hypocrisie me gêne de plus en plus. Nous sommes le 9 novembre, et certains élèves menacent désormais de décapiter leurs professeurs. On arrête également des élèves de primaire pour  » apologie du terrorisme « . Ce monde est complètement fou.

Néanmoins, je tenais à rappeler quel était mon rôle au sein de l’éducation nationale : professeure de lettres modernes contractuelle. J’apprends aux élèves à écrire, à lire, à avoir un esprit critique sur ce qu’ils lisent et regardent. Je leur apprends le français dans tout ce qu’ils détestent le plus : la grammaire, l’orthographe, la conjugaison. Je soigne les peines de cœur quand c’est possible, je m’insurge et j’essaye de stopper le harcèlement scolaire. Je fais lire des livres qui ne plaisent pas à tout le monde, je corrige des copies parfois très bonnes, parfois mauvaises par manque de travail, d’envie, ou juste par difficultés. Je déplace des cours pour arranger les élèves, je réponds à toutes les questions, même si parfois elles n’ont aucun rapport avec mon cours. Comment on fait pour passer le permis ? L’avortement c’est légal ? Vous pensez quoi des jeux-vidéos ? Vous jouez vous-même ? Les mangas, c’est de la lecture ? Ca coûte cher de vivre seul.e ? Je réponds à tout. J’aime à dire que je suis professeure de culture générale, et pas uniquement lorsque je me retrouve devant des BTS. C’est ça mon travail. Je ne suis pas le dernier rempart contre le terrorisme, l’obscurantisme. Je suis juste professeure, et pas une héroïne de série Z.

Merci d’avoir fait votre travail, et probablement plus, pour toutes les fois où nous nous retrouvons assistantes sociales, psychologues, parents d’enfants qui ne sont pas les nôtres.