Ecrire pour exister

Je vous présente ce qui est probablement un de mes films préférés, puisqu’il s’agit d’Ecrire pour exister, réalisé par Richard LaGravenese, avec Hillary Swank qui joue le personnage principal, et Patrick Dempsey. Le film est paru en 2007 sous le titre : Freedom Writers. Il s’agit d’une histoire vraie, un drame, qui dure 2h00 et que vous pouvez retrouver actuellement sur Netflix. (TOUDOUM !)

carmenestrellas | Freedom writers, Movie scenes, Movie tv
Madame, je serai chanceux si j’atteins 18 ans. C’est la guerre pour nous dehors. On aura de la chance si on est encore en vie demain.

L’HISTOIRE.
Pour résumer : Hillary Swank incarne Erin Gruwell, une jeune professeure de littérature, envoyé dans un lycée réputé difficile car les élèves passent la majorité de leur vie entre les guerres de gangs plutôt qu’à lire du Shakespeare. Elle décide de les prendre en charge, à l’aide du Journal d’Anne Frank, suite à un incident qui a mis le feu aux poudres et a permis également d’ouvrir le dialogue avec cette classe.

ECRIRE POUR EXISTER : UNE ŒUVRE INTEMPORELLE - CYM PRESS

UN FILM À VOIR ABSOLUMENT.
L’histoire est tout simplement incroyable, d’autant plus lorsque l’on sait qu’il s’agit d’une histoire vraie. Hillary Swank est exceptionnel dans son rôle, au même titre que les élèves. Certains ont d’ailleurs joué leur propre rôle à la fin du film pour l’anecdote. Ce film m’a énormément touchée. Je l’ai vu bien avant de devenir professeur, je devais être au collège ou au lycée pour tout vous dire, et je n’avais pas du tout choisi d’être prof, même si, maintenant, avec le recul, je pense que ce film m’a beaucoup influencée. J’aime beaucoup les lieux et les sujets abordés : le lycée, la pédagogie, la littérature, la Seconde Guerre Mondiale, et surtout le Journal d’Anne Frank. J’ai moi-même proposé cette lecture, et ce film, il y a quelques années, à mes 3èmes. Il aborde tellement de sujets importants sur l’importance de la lecture, de l’écriture, et sur l’investissement que certains profs portent à leurs élèves. L’histoire est touchante à tous les points de vue.

Ecrire pour exister • 2007 • Film • US • - Sore.Dake Fansub
Je sais qui tu es. Tu m’entends ? Je peux le voir. Je peux voir qui tu es et tu n’es pas un échec.

UNE BANDE-SON ATTRAYANTE.
Si vous êtes fan de rap US, vous trouverez probablement votre bonheur dans ce film ! 2PAC est très présent, ainsi que Will.I.Am. Je suis une grande fan de ces classiques indémodables et indétrônables. Cette bande-son a le mérite d’attirer les plus jeunes, les ados, comme les adultes ! Elle apporte un vrai plus au film, on sent que les musiques n’ont pas été choisies au hasard.

LES PERSONNAGES.
En dehors du personnage d’Erin Gruwell, dont je vous ai déjà parlé, j’ai été extrêmement touchée par le personnage d’Eva, personnage principal après Erin. Il s’agit de l’élève qui se retrouve au milieu de la tourmente conduite par un meurtre. J’ai aussi beaucoup aimé les personnages de Marcus et Jamal, deux élèves qui se révèlent au fur et à mesure du film. Ils sont particulièrement touchants, et leur histoire est prenante. Et bien sûr, ce film n’aura pas pu être parfait sans le personnage de Margaret, interprété par Imeda Staulton, et si vous n’avez pas la référence… Il s’agit de Dolores Ombrage ! Et elle est tout aussi détestable ici.

En bref, un excellent film, je ne cesse de le répéter, si vous ne l’avez pas encore vu, je sais qu’il commence à dater un peu, mais foncez. C’est un énorme coup de cœur.

Note : 5 sur 5.

Si vous connaissez ce film, n’hésitez pas à donner votre avis en commentaire, j’adore en parler étonnamment…

Le souffle court

Edition : Les enfants rouges – Collection : Absinthe – Date de parution : Septembre 2011 – Pages : 177 – Genre : BD / Romance / Drame

IL N’Y A PAS DE RÉSUMÉ.
Hé non ! Pas de résumé pour cette fois-ci, car je ne veux pas vous révéler l’intrigue. Tout ce que je dirai, c’est qu’il s’agit d’une jeune femme qui travaille dans un bar, qui décide d’inviter un des habitués de celui-ci à une soirée. Ensuite, il se passera ce qu’il se passera !

J’AI AIMÉ.
J’ai beaucoup apprécié les dessins de cette BD, alors qu’elle est pourtant en noir et blanc, ce que j’apprécie moyennement d’habitude. J’ai trouvé que cela donnait plus de profondeur aux personnages, notamment parce que l’histoire est racontée à l’aide d’une double narration que je vous laisse découvrir, et qui apporte vraiment un plus, et le fin mot de l’histoire, chose que je n’apprécie habituellement pas dans les romans : lorsque la même scène est racontée de deux visions différentes. Je n’aime pas relire ce que j’ai déjà lu en partie, ou partiellement. L’histoire est à la fois stressante et douce, c’est vraiment une jolie BD, avec une histoire qui prend aux tripes car tellement proche de notre propre vie. J’ai passé un moment très agréable. Il y a peu de dialogue, et pourtant, de nombreux sentiments s’en dégagent.

LE SEUL REPROCHE.
Effectivement, j’ai malgré tout un tout petit reproche à faire sur le manque de détails. J’aurais voulu en savoir davantage sur les personnages. C’est mon petit côté commère qui parle ! Je vous laisse lire la BD, vous comprendrez probablement de quoi je parle à la toute fin de cette histoire.

Note : 4 sur 5.

Vous connaissez cette BD ? Est-ce que vous aussi vous avez eu l’impression qu’il manquait un petit truc ?

Love Her Wild

Source : Aubonheurdeslettres ©

Auteur : Atticus __ One Shot __ Edition : Michel Lafon __ Date de parution : Novembre 2018 __ Genre : Poésie __ Pages : 236.


QU’EST-CE QUE  » LOVE HER WILD  » ?
Il s’agit d’un livre, édité par Michel Lafon, où on retrouve de la poésie contemporaine. Atticus s’est fait majoritairement connaître sur Instagram où vous pouvez le retrouver sous le pseudo Atticusxo. Il parle d’amour, et de liberté, majoritairement. Les trois mots du titre sont d’ailleurs les trois parties présentes dans ce livre. Depuis, il a notamment publié : The dark between stars et The truth about magic, mais si je ne me trompe pas, ils n’ont pas encore été traduits en français.

JE N’AIME PAS LA POESIE.
Pourtant j’ai apprécié lire ce recueil, très contemporain, très simple et pourtant très juste également. On retrouve les trois catégories dont je vous parlais : Love, Her et Wild. J’ai clairement ma préférence pour la catégorie  » Her « . En revanche, j’ai beaucoup moins apprécié la catégorie  » Wild  » qui s’apparente plus au voyage, à l’aventure, alors que  » Her  » se tourne plus vers la liberté d’aimer, vivre et laisser vivre, plutôt que sur l’amour à proprement parler. Ce n’est pas un genre que j’apprécie particulièrement habituellement, d’autant plus lorsque les  » poèmes  » sont aussi courts, même s’il y en a des plus longs. L’écriture est même peut-être trop simple à mon goût, mais ça m’a permis de m’évader un peu, et c’est tout ce que j’en attendais. Dans le même genre, ce livre m’a décidé à me procurer Lait et miel de Rupi Kaur, même si je place la barre légèrement plus haute.

Note : 3 sur 5.

Vous connaissez ce recueil ? Ou celui de Rupi Kaur ? Vous en avez pensé quoi ?

Sauveur et Fils, T5

Série en cours. (T5/6) __ Edition : L’école des loisirs. __ Date de parution : Novembre 2019 __ Genre : Jeunesse.

UN PETIT RESUME DE LA SERIE.
Je vous retrouve pour vous parler du meilleur psychologue que j’ai pu croiser dans ma vie : Sauveur Saint-Yves ! Je vous accorde qu’il porte parfaitement son prénom. Nous avons retrouvé ses patients habituels, ainsi que son fils : Lazare, et toute sa famille recomposée ! Comme d’habitude, cette série est un condensé d’amour, de bienveillance et d’humour. Je vous invite à rejoindre Sauveur, et les Boys, si vous ne les connaissez pas encore.

DES SUJETS ABORDES RENTRE-DEDANS.
Comme toujours, j’ai aimé les personnages. Je suis toujours aussi fan de Sauveur, et d’Elliot. Je crois que c’est mon patient préféré ! Peut-être d’ailleurs parce que, encore une fois, Marie-Aude Murail a le chic pour parler de ces sujets si compliqués à aborder : la transidentité. On évoque les personnes, et notamment les adolescents, transgenres, ce qui ne revient pas très souvent dans les romans jeunesses. C’est dépeint avec une grande justesse il me semble, et suite à de nombreuses recherches, ce qui à la fois m’a beaucoup plu et m’a appris beaucoup de choses.
On aborde également le sujet du stress causé par les réseaux sociaux, des attaques gratuites que l’on peut recevoir. Louise, suite à l’écriture d’un livre pour les adolescentes, se retrouve attaquée car les trois filles décrites dans son livre sont toutes blanches, ce qui est, pour elle, logique, car elles représentent Louise elle-même et deux de ses copines plus jeunes ! On lynche tellement facilement les gens de nos jours… Je me suis aussi demandée s’il ne s’agissait pas d’un clin d’œil à ce qu’a subi Marie-Aude Murail elle-même suite à ses nombreux romans et au fait qu’elle apparait parfois comme une auteure controversée.

DES PERSONNAGES ET DES… ANIMAUX ATTACHANTS.
Sauveur, dans ce tome, se découvre également psychologue pour animaux suite à un sacré malentendu ! Pour autant, il finit lui-même par trouver son animal de prédilection, son animal totem. Si une de ses patientes s’amuse à changer d’animal toutes les semaines, elle m’a aussi interrogée sur ma propre envie d’adopter un animal ! Envie qui ne passe pas depuis que j’ai emménagé chez moi. J’ai voulu me prendre un chat, le mien étant resté chez mes parents pour ne pas le rendre malheureux, et ne pas le faire passer d’une maison avec jardin, à un appartement. Autant dire que ce livre m’a définitivement convaincue de prendre un petit animal à quatre pattes qui ronronne ! A voir par la suite… Oui, je crois en l’idée qu’un chat puisse être une thérapie meilleure que toute autre.

UNE FIN MOINS PLAISANTE QUE D’HABITUDE.
Malgré tout, j’ai quelques petits bémols à apporter. Il reste encore beaucoup d’interrogations, notamment vis-à-vis de Jovo, notre vieux personnage braqueur de banque et papi gâteau, avec qui j’ai du mal à accrocher, même si certains passages me font penser le contraire. En dehors de ça, et cela reste strictement personnel, j’ai du mal avec le livre lorsque l’on revient sur les origines antillaises de Sauveur : notamment lorsque l’on parle de sa famille ou qu’il prend la décision de « rentrer au pays ». Pour autant, j’attends toujours la suite de cette série avec impatience, puisqu’il s’agit encore une fois d’un coup de cœur, mais aussi de ma série doudou, comme j’aime à l’appeler.

Note : 5 sur 5.

Vous connaissez cette série de romans ? Elle vous plait ?

Je fais mon travail, je ne suis pas un rempart.

J’ai longtemps hésité avant d’écrire. Je ne rappellerai pas les faits, nous savons tous ce qui s’est passé ce vendredi 16 octobre 2020, juste avant les vacances scolaires. Je suis toujours en colère, et pas uniquement contre ceux qui ont perpétré cette violence. Je suis aussi en colère contre ceux qui veulent « nous rendre hommage. » Je n’ai pas besoin d’un hommage, ou encore qu’on me félicite dans la rue pour le travail que je fais. Je n’ai pas besoin de la reconnaissance que personne ne nous accorde habituellement à part quelques élèves et quelques parents. C’est trop facile de rendre hommage à une profession sur laquelle on crache à longueur de temps. Et cela vaut pour tous les corps de métier. Les professeurs, les médecins, les gendarmes, les caissières, et j’en passe ! On leur donne de la reconnaissance quand nous avons besoin d’eux plus particulièrement que d’habitude. Cette hypocrisie me gêne de plus en plus. Nous sommes le 9 novembre, et certains élèves menacent désormais de décapiter leurs professeurs. On arrête également des élèves de primaire pour  » apologie du terrorisme « . Ce monde est complètement fou.

Néanmoins, je tenais à rappeler quel était mon rôle au sein de l’éducation nationale : professeure de lettres modernes contractuelle. J’apprends aux élèves à écrire, à lire, à avoir un esprit critique sur ce qu’ils lisent et regardent. Je leur apprends le français dans tout ce qu’ils détestent le plus : la grammaire, l’orthographe, la conjugaison. Je soigne les peines de cœur quand c’est possible, je m’insurge et j’essaye de stopper le harcèlement scolaire. Je fais lire des livres qui ne plaisent pas à tout le monde, je corrige des copies parfois très bonnes, parfois mauvaises par manque de travail, d’envie, ou juste par difficultés. Je déplace des cours pour arranger les élèves, je réponds à toutes les questions, même si parfois elles n’ont aucun rapport avec mon cours. Comment on fait pour passer le permis ? L’avortement c’est légal ? Vous pensez quoi des jeux-vidéos ? Vous jouez vous-même ? Les mangas, c’est de la lecture ? Ca coûte cher de vivre seul.e ? Je réponds à tout. J’aime à dire que je suis professeure de culture générale, et pas uniquement lorsque je me retrouve devant des BTS. C’est ça mon travail. Je ne suis pas le dernier rempart contre le terrorisme, l’obscurantisme. Je suis juste professeure, et pas une héroïne de série Z.

Merci d’avoir fait votre travail, et probablement plus, pour toutes les fois où nous nous retrouvons assistantes sociales, psychologues, parents d’enfants qui ne sont pas les nôtres.

La ligne verte

Je vous vois venir. Je sais, c’est hyper connu… Toujours est-il que mon conjoint n’avait jamais regardé la ligne verte (Coucou à lui s’il passe par là, je vais le savoir rapidement…) Donc j’ai décidé de vous en parler quand même, après au moins dix visionnages de ce film depuis des années.

La ligne verte : Tom Hanks

Si vous ne connaissez pas La ligne verte, il s’agit d’un film américain fantastique, sorti en 1999. Il est tiré du roman de Stephen King qui porte le même nom et il a été réalisé par Frank Darabont qui a aussi réalisé Les évadés, c’est un autre excellent film dont je finirai par vous parler également. Les deux films sont d’ailleurs disponibles sur Netflix.

Pour rappel, La ligne verte, c’est l’histoire de Paul, un surveillant pénitencier dans le couloir de la mort. Il va faire la rencontre de John Coffey, condamné à mort pour le meurtre et le viol de deux petites filles. Néanmoins, Paul semble douter qu’il s’agisse réellement du géant, et des choses étranges se passent lorsque celui-ci touche un être vivant.

Mister Jingles

HISTOIRE ET NARRATION.
On pourra dire ce qu’on veut, je crois qu’aucun film n’a jamais réussi à me faire pleurer comme ça et aussi longtemps. Il y a tellement d’espoir et de douleur, c’est impressionnant. On s’attache à tout : les personnages, les lieux. C’est impressionnant. L’histoire est prenante malgré la longueur du film. (Franchement, vous en connaissez beaucoup des films qui vous tiennent pendant presque trois heures comme ça ?) J’aime beaucoup tous les détails que l’on peut y retrouver, du début à la fin… J’ai rarement vu une histoire aussi touchante, et pour une fois, j’ai vu le film avant de lire le livre ! Je n’ose même pas lire le livre actuellement, car j’ai peur qu’il soit meilleur que le film, et que par conséquent, je me mette à moins aimer le film. (Oui, on en est à ce point là !)

JEU DES ACTEURS.
Et c’est sur eux que repose tout le film, soyons sincères. On a des acteurs incroyables. Comme énormément de monde, je suis une grande fan de Tom Hanks. Néanmoins, l’acteur qui joue John Coffey est réellement exceptionnel tant physiquement parlant qu’au niveau des émotions ! Je suis aussi amoureuse de l’acteur qui joue Percy également. On adore détester et traiter ce personnage de tous les noms ! Preuve que l’acteur a eu un jeu juste parfait. J’ai été vraiment impressionnée, ça prend aux tripes.

John Coffey, parlant à Paul.

SECRETS DE TOURNAGE.

  • Il y a eu 15 Mr. Jingles ! Il a été très compliqué de leur apprendre les tours. Aucune souris n’a été maltraitée.
  • Doug (l’acteur qui a joué Percy) portait des chaussures qui grinçaient dans le but d’agacer le plus possibles les autres acteurs : cela devait se ressentir sur leur visage. On peut entendre le fameux bruit dans le film.
  • John Travolta a décliné le rôle de Paul Edgecomb.
  • Michael Duncan, l’acteur de John Coffey, était très grand, mais pas plus que Howell, incarné par David Morse. Le réalisateur a travaillé sur des angles variés pour donné une stature d’autant plus imposante à Michael.

Note : 5 sur 5.

Qu’avez-vous pensé de ce film ?

Supernatural : Saison 1

Qui dit confinement, dit on reprend une série complète ! La dernière fois, c’était The Walking Dead, cette fois, place à la deuxième partie de la trilogie du samedi puisque je replonge avec les frères Winchester dès leurs débuts ! J’ai décidé de retrouver Negan d’une manière ou d’une autre, voilà tout.

Supernatural : Saison 1.

Pour ceux qui ne connaissent pas, ou qui ne se souviennent pas… Supernatural c’est une série qui a commencé en 2007 en France, que l’on pouvait voir le samedi soir lors de la trilogie sur M6 ! (Ca passait même après Smallville pour être précise !) La saison 1 comporte 22 épisodes où on pourra retrouver les acteurs principaux : Jensen Ackles et Jared Padalecki. Oui, on sait, ils sont canons. Ca sera beaucoup moins canon quand vous vous serez rappelés que Supernatural a pour thèmes l’horreur, l’épouvante et le fantastique.

Ca y est ? Ca vous est revenu ? Vous avez envie de reprendre ? Tout est disponible sur Amazon Prime !

Trailer Saison 1.

Besoin d’une piqure de rappel malgré tout ? Ok. Supernatural c’est l’histoire de ces deux frères : Dean et Sam Winchester qui chassent les fantômes, vingt ans après avoir perdu leur mère à cause d’un esprit. Ils vont tout faire pour retrouver celui-ci, mais d’autres esprits ont décidé de se mettre sur leur route.

L’HISTOIRE.
Je ne suis pas du tout objective car j’adore cette série depuis mon enfance. (J’aurais même pas dû regarder ça à mon âge, honteux.) J’ai toujours aimé les films d’horreur, et plus particulièrement ceux qui avaient un rapport avec le fantastique, les esprits… (Ma passion pour l’exorciste et Amytiville n’était pas au goût de tout le monde.) Alors forcément quand j’ai vu deux frères poursuivre des fantômes, je me suis lancée aussi ! Et je n’ai plus jamais arrêté cette série que je trouve vraiment bien faite. Le petit côté dramatique de la mère décédée a évidemment réussi à m’accrocher, au même titre que l’humour extrêmement présent dans cette série.

LES ACTEURS ET LE JEU.
On va commencer parce que je me retiens de vous le dire depuis tout à l’heure… Non mais vous avez vu ce casting de dingue entre les deux mecs supers canons, et leur père ! Soyons sincères ! Bon en plus d’être canons, je les trouve parfaits dans leurs rôles. J’aime beaucoup l’humour qui est donné par Dean dans toute la série, et le côté plus sérieux de Sam. Je trouve ça fluide, pas du tout surfait. On est pas dans une prise au sérieux à 100% et c’est ce qui permet de souffler parmi les nombreux morts etc. Les acteurs choisis tout au long de la série sont vraiment de qualité.

Dean ; Saison 1.

LA SAISON 1.
Elle est tout bonnement exceptionnelle. Les rebondissements sont constants, j’ai eu la sensation, à nouveau, de ne jamais m’ennuyer. C’est tellement agréable. On découvre petit à petit de nombreux esprits, la dame blanche, bloody mary, l’épouvantail, les vampires… On touche un peu à tout. La relation entre les deux frères est tendue et à la fois elle se développe, ni trop vite, ni trop lentement, de quoi nous accrocher. Il y a quand même 22 épisodes, ce qui reste pas mal pour une série aussi longue ! On peut développer tout ce qu’on veut. J’ai beaucoup aimé le personnage de Meg aussi. (On adore la détester, on connait tous ce personnage incroyablement bien joué, que l’on déteste en tant que personnage, et que l’on adore en tant qu’acteur.) En plus des acteurs, on a un jeu sur les musiques de rock et de métal que je trouve absolument génial… J’ai découvert des groupes comme ça, et je les écoute encore actuellement. C’est un gros plus pour toute la série !

LA FIN DE LA SAISON. [ALERTE SPOILER]
Je crois que c’est la fin de saison qui m’a le plus marquée quand j’étais gamine. La famille vient de se battre contre les vampires, ils en réchappent, et là, c’est la cata ! Bon, en même temps… S’il n’y avait rien eu, pas sûr qu’on ait envie de continuer la série. Autant vous dire que je viens de me jeter sur la suite et que je suis devant la saison 2 au moment même où j’écris cette article… Rendez-vous pour de nouveaux esprits à combattre avec les deux frères !

Note : 5 sur 5.

Cette série, vous connaissez, vous aimez ? Est-ce que vous avez fini par abandonner à cause de la longueur ?

Le concept de coloriage pour adultes

Je vous retrouve pour un article un peu spécial, qui vous aidera peut-être à vous occuper pendant le confinement après tout ! Connu depuis quelques années désormais, j’ai décidé de vous parler du coloriage pour adultes, aussi gentiment appelé l’art thérapie, même si ça me paraît beaucoup trop « large » pour qu’on se contente de cette appellation.

POURQUOI LE COLORIAGE POUR ADULTES ?
J’ai commencé le coloriage pour adultes pour me calmer durant de grandes périodes de stress. C’était il y a six ans lorsque j’ai passé mon Baccalauréat littéraire. Je suis quelqu’un d’extrêmement anxieuse, et j’ai du mal à supporter le fait de ne rien faire quand je regarde la télé. Généralement, je joue sur mon téléphone, ou justement, je m’amuse à colorier… Ca a été une excellente idée pour moi. Ca m’a aussi permis de surmonter mes insomnies pendant un moment. Cette activité a le mérite d’être agréable, en ce qui me concerne, de me poser et de ne pas me laisser embarquer par des pensées sombres, stressantes… Je le conseille toujours car c’est un moment personnel, qui permet de se centrer sur soi-même. Je vous épargne les bénéfices de l’art-thérapie et autres, tout simplement car je n’y croyais pas quand j’ai commencé. J’avais juste envie de me trouver une occupation qui aurait pu me calmer, et ça a fonctionné.

Source : Aubonheurdeslettres

QUELS SUPPORTS ?
Si cela vous intéresse, je vous propose de vous présenter les différents supports qui existent, car il y a des coloriages pour tout le monde ! Exit de piquer les carnets de coloriage de vos enfants ou des enfants que vous connaissez ! Non mais ! Ca ne se fait pas voyons. (Quoi que…) Vous avez des cahiers pour tous les goûts… Comme l’illustration au-dessus, vous avez des cahiers avec de nombreux détails comme ceux de Johanna Basford ou encore de Kerby Rosanes. Je vous présenterai petit à petit les différents cahiers que je possède. Ces deux illustrateurs sont clairement mes préférés. Mais vous avez des cahiers avec moins de détails, dont je ne suis pas forcément fan. Vous avez aussi la possibilité de prendre des magazines qui sont vendus en librairie ou en grande surface, qui ont pour spécialité le coloriage. Je n’aime généralement pas à cause de la qualité du papier (le feutre transperce ou au contraire il coule, le crayon de couleur n’accroche pas… On parlera du matériel plus bas !) Mais si vous avez envie d’essayer un autre genre sans dépenser le moindre sou, vous pouvez également commencer par une application de coloriage, même si, attention, ce n’est pas la même chose ni la même sensation. Je vous conseille  » Colorer par numéro «  sur Androïd. Elle est vraiment agréable d’utilisation, il y a de nouveaux dessins tous les jours, je trouve ça tout simplement génial.

Les livres de Johanna Basford. Source : Aubonheurdeslettres

LES DIFFERENTS CAHIERS.
Comme je vous en ai parlé, je vous ai mis trois de mes coloriages plus haut, réalisés dans les cahiers de Johanna Basford. (J’ai rajouté la fée clochette.) Comme je vous l’ai dit, je suis adepte des cahiers avec de nombreux détails. Mais j’ai aussi une deuxième petite passion en ce qui concerne les cahiers… J’aime beaucoup les coloriages mystères ! Notamment ceux qui ont rapport avec les Disney. C’est une autre manière de colorier, que je trouve sympa aussi. J’aime l’idée de découvrir petit à petit une image.

Coloriage mystère : Les grands classiques Disney T1. Source : Aubonheurdeslettres

AVEC QUEL MATERIEL ?
L’avantage du coloriage, c’est que vous pouvez choisir le budget que vous mettez dedans ! Vous n’êtes pas obligés de commencer par des feutres ou des crayons de couleur d’un budget sur élevé ! Vous pouvez d’ailleurs choisir d’utiliser des feutres, des crayons de couleur, des pastels, des crayons aquarellables, ou même de la peinture ! Il s’agit de ce que vous préférez. En ce qui me concerne j’aime les crayons de couleur, les feutres et les pastels. J’utilise également des stylos gels. Les crayons de couleurs sont plus doux et permettent de ne pas transpercer le papier. Mais les feutres ont des couleurs plus chatoyantes et sont clairement beaucoup plus agréables pour ce qui est des coloriages mystères. J’utilise les pastels uniquement pour les fonds et faire de grands aplats.

Les coloriages mystères dont Color Quest et une partie de mon matériel. (Feutres et stylos gels.)
Source : Aubonheurdeslettres

Je vous ferai différents articles pour vous présenter le matériel et les cahiers que j’utilise. Ils sont plus ou moins de bonne qualité à chaque fois. Pour vous aider, avec du matériel de qualité, j’avais commencé avec les crayons de couleur BIC Kids et les feutres Stabilo pen 68. (Ou 88 pour les pointes très fines.)

Et vous ? Toujours attiré par le coloriage ? Vous préférez quel genre ?

[MANGA] My Home Hero

Cette fois-ci, on va parler d’un seinen qui se marie bien avec Halloween ! J’ai commencé My Home Hero il y a plus d’un an maintenant ! Ce manga est publié chez les éditions Kurokawa et il en vaut la peine. L’histoire est celle d’un père qui veut défendre sa famille, et notamment sa fille, qui est en danger à cause de son petit ami. Il fera tout pour lui éviter le pire, même si cela veut dire devenir un assassin et se confronter aux yakusas. Pour l’instant, 9 tomes sont parus, mais le manga est toujours en cours.

My Home Hero T1 à 9

LE GRAPHISME.
Je suis fan des dessins, je les trouve vraiment beaux et agréables à regarder, au même titre que les couvertures. La première est d’ailleurs ma préférée ! J’ai un petit coup de coeur pour le dessin fait sur certains personnages de la pègre d’ailleurs ! Je vous laisse deviner lequel histoire qu’on rigole un peu ?

LES PERSONNAGES.
Gros coup de cœur pour les différents personnages de ce manga, que ce soit Tetsuo, Reika, Kyoichi… Je les trouve tellement bien travaillés ! Alors qu’ils sont tout de même nombreux. Il y a une vraie recherche, c’est agréable de découvrir les personnages petit à petit. On est loin du truc gnan gnan, avec des personnages qui subissent leur vie, ou avec trop peu de caractère. Je trouve le travail de psychologie vraiment exceptionnel.

Source : https://adala-news.fr/2018/10/le-manga-my-home-hero-licencie-en-france/

L’HISTOIRE.
Elle m’a tout de suite attirée. Je l’ai trouvée très attractive et vraiment intéressante. Elle est bien ficelée. Je regrette juste que cela commence à s’essouffler à partir du 7ème tome. On relance la cadence et l’envie d’en savoir toujours plus à partir du 8ème, et surtout du 9ème, mais on passe sur  » autre chose « . Je viens malgré tout de finir le tome 9, et on s’approche de la fin, alors j’ai hâte de lire le 10 pour des raisons que je ne vais pas vous donner pour éviter de spoiler ! Il me semble que la série se termine en 12 tomes… J’espère ne pas être déçue !

L’ECRITURE.
Les dialogues sont cohérents et surtout, ils ne me lassent pas. On n’a pas de blablatage pour rien, ni de dialogue sans queue ni tête. On se retrouve avec des personnages intelligents des deux côtés, de ce fait, les conversations sont vraiment agréables à suivre. Je trouve que le suspens passe aussi énormément par l’écriture, c’est un des points que j’apprécie fortement !

Note : 4 sur 5.

Vous connaissez ce manga ? Vous l’aimez ?

Comment répertorier ses lectures ?

Je vous retrouve aujourd’hui pour répondre à une question que je m’étais souvent posée à l’époque où j’ai commencé à beaucoup lire quand j’étais au lycée. Je cherchais une manière de garder une trace de mes lectures. Je n’avais pas encore de blog, et cela ne me convenait pas. J’avais besoin d’avoir une vue d’ensemble. Je vous propose donc quelques sites qui vont vous permettre de garder une trace de vos lectures, que ce soit des romans, des BDs ou des mangas.

Je vous propose donc de commencer par les plus connus, ceux qui sont majoritairement utilisés pour les romans. Néanmoins, vous pouvez aussi les utiliser pour les mangas et les BDs.

Logo de Booknode. https://booknode.com/

Tout d’abord, et c’est celui que j’ai utilisé en premier et le plus longtemps, il s’agit de Booknode. S’il m’a beaucoup plu auparavant, aujourd’hui, je lui reproche d’être, certes, clair, mais assez vieillot, ce qui me gêne. Il manque certaines fonctionnalités que je retrouve dans d’autres sites et qui m’aident beaucoup, notamment pour les mangas. Je le recommande pour ceux qui lisent uniquement des romans, mais pas pour les blogueurs, qui ne sont pas mis en avant.

Logo de Livraddict. https://www.livraddict.com/

Encore une fois, un site très connu, utilisable pour tout : romans, BDs, mangas… Je le trouve d’autant plus pratique pour les mangas d’ailleurs. Il a aussi l’avantage de mettre les blogueurs en avant entre le forum disponible et les liens directs vers les chroniques. Il est assez bien fait, facile à prendre en main et il y a quelques statistiques qui sont vraiment sympathiques sur le nombre de pages lues en un mois, le nombre d’auteurs de pays différents…

Logo de Babelio. https://www.babelio.com/

Encore un autre site très pratique, et plus spécifiquement adapté aux romans selon moi. Le site est aussi assez vieillot, je sais que j’ai arrêté de l’utiliser pour différentes raisons. Néanmoins, ici aussi, vous avez un petit espace pour les blogueurs : vous pouvez mettre les liens de vos chroniques. Vous avez aussi la possibilité, une fois par mois, de participer aux Masse Critique de Babelio : vous vous inscrivez et choisissez les livres qui vous tentent parmi une grande liste. Si vous êtes assez actif sur le site, vous serez retenu et on vous enverra un des titres demandés, en échange d’une chronique sous un mois. Un petit clin d’oeil sympathique pour les utilisateurs sérieux !


Il y a également de nombreux autres sites qui vous permettent de référencer vos lectures, mais ce sont les trois plus importants, et les plus connus. Vous pouvez bien sûr en trouver d’autres, parmi lesquels Goodreads, extrêmement connu, mais que je ne nomme pas car tout le site, ainsi que l’application, sont en anglais ! Jusqu’ici, je n’ai testé que les sites, mais si ça vous intéresse, j’irai faire un tour du côté des applications (Android pour ma part !) Assez parlé de romans pour le moment ! J’ai aussi deux sites, plus accès sur les mangas, dont je dois vous parler.



Voici un site que j’ai découvert il n’y a pas très longtemps et qui m’intéresse énormément ! La prise en main me semble assez simple même si elle n’est pas forcément intuitive au début. J’ai beaucoup aimé le site parce qu’on peut y référencer énormément de choses ! Les romans, les jeux vidéos, les animes vus… Je n’ai pas encore regardé si on pouvait y référencer autre chose, mais j’ai commencé à m’en servir pour les jeux vidéos et les mangas ! Il y a aussi un coin petites annonces qui vous permet de vendre ou d’acheter ce que vous souhaitez. Encore une fois, je n’ai regardé que pour les mangas. J’espère pouvoir continuer davantage avec ce site qui me paraît vraiment idéal ! Il est assez connu si je ne me trompe pas.

Il s’agit d’un excellent site ET d’une excellente application pour répertorier vos mangas ! Il y a des fonctions pratiques : vous pouvez vous faire un panier, avoir le prix des tomes, on vous informe des sorties des séries que vous suivez… Je l’utilise depuis un petit moment maintenant et j’aime beaucoup ! La prise en main est peut-être un peu plus fallacieuse que pour Nautiljon en revanche.

Si jamais vous connaissez d’autres sites ou des applications que vous aimez particulièrement, je serais ravie de les découvrir ! Quels sont vos sites préférés ?